UPAF Contact

Université Populaire Africaine en Suisse (https://upaf-suisse.ch/)
Maison des Associations, Rue des Savoises 15 CH-1205 Genève +41 (0) 22 800 14 84 / +41 (0) 79 754 54 85
UPAF Contact

UPAF Recherche sur notre site

Upaf
-------
-------
-------
-------
-------
images/Front_img3.png

AGENDA

Nos prochains événements (ateliers, conférences, séminaires, activités culturelles, etc...) en Suisse et à l'international...

Voir notre agenda

Recevoir notre Newsletter et rester informé-e sur l'actualité à l'UPAF

S'inscrire à la newsletter >>>

UPAF Université Populaire Africaine en Suisse

Première du genre en Suisse et en Europe, l'UPAF est une structure à visées éducative et sociale. Elle a spécialement pour ambition de s’affirmer comme un établissement d’utilité publique, tourné à la fois vers les communautés africaines, la société suisse autant que vers d’autres communautés présentes dans la Cité et au-delà.  Lire plus >>>
Maison des Associations, rue des Savoises 15, CH-1205 Genève +41 (0) 22 800 14 84 / +41 (0) 79 754 54 85

Formations

En savoir plus

Cours de langues

En savoir plus

Ateliers

En savoir plus

Coaching

En savoir plus

 
  QUELQUES CHIFFRES-CLÉS

   2008: Date de la création de l’Université populaire africaine en Suisse (UPAF.ch), la première du genre en Suisse et en Europe. Les activités ont débutés en 2009.
        
   700:  Nombre d’écoles concernées par le projet de « Formation à l’Identité africaine et rwandaise » mené au Rwanda de 2005 à 2010 par Regards Africains (2005-2008) et l’UPAF (2008-2010).
        
   4000: Nombre d’élèves qui ont suivi dans les écoles de l’Arc Jurassien (Jura, Jura bernois, Neuchâtel, Nord vaudois) les ateliers de sensibilisation aux préjugés et aux discriminations organisés par
            Pro Juventute Arc Jurassien, avec la collaboration pédagogique de l’UPAF.
        
   2800: Nombre de participants aux activités intra-muros de l’UPAF, de 2009 à 2017, soit une moyenne annuelle de 350 participants.
        
   600: Nombre d’activités intra-muros organisées par l’UPAF, de 2009 à 2016.
        
   340: Nombre d’activités extra et intra-muros organisées en partenariat par l’UPAF, de 2009 à 2017.

Bibliothèque Centre de documentation

Bibliothèque Centre de documentation

INTRO

Créée à l’initiative de Regards Africains, en 2008, l’UPAF n’a pas fait que reprendre le secteur « Formations » développé depuis 1992 par l’association éditrice de la revue internationale du même nom. Elle a pu également reprendre à son compte d’autres activités et services également assurés par son « géniteur ». Outre le service « Publications », permettant d’éditer les contenus des enseignements et autres études, recherches ou réflexions produites à l’UPAF, le département « Bibliothèque, Centre de documentation » s’est ainsi retrouvé dans l’escarcelle de ce nouveau centre de formations.

A la création de ce département en 1998, Regards Africains n’avait cherché qu’à se conformer d’abord à une des résolutions adoptées dans la Déclaration finale du Colloque international qu’elle avait co-organisé à Genève, en novembre de la même année, dans le cadre de la « Contre-Commémoration des 150 ans de l'abolition de l'esclavage dans les Antilles françaises », avec la participation de personnalités de renom du Monde Noir . A l’issue de cette rencontre historique qui articulera pour la première fois le concept de « Double-Holocauste Noir » , il sera recommandé de créer dans chaque pays des « Centre de la Mémoire Noire ».

Lorsque l’UPAF reprend le projet, à la thématique de la Mémoire viendra se greffer celle de l’Identité qui lui est consubstantielle. Il n’en demeure pas moins que le concept de base est resté, à savoir celui d’un espace multisectoriel (bibliothèque, cinémathèque, vidéothèque, banque de données, espace Internet, salle de conférences, séminaires ou réunions). A ce jour, en 2018, le manque criant de moyens minimax n’ont permis qu’à rassembler un stock d’ouvrages et de constituer une bibliothèque.

A terme, avec notamment des locaux appropriés à disposition, le Centre devrait s’affirmer comme un lieu de ressourcement ouvert à tous, sans distinctions, mais toutefois destiné avant tout aux jeunes générations, en particulier d’origine africaine, dont le manque de repères africains et de références crédibles et stimulantes pour leur personnalité fait cruellement défaut, particulièrement en Suisse.